PROMO' 2015-2016 : leurs articles

"Vivre sous les tropiques", chapitre 1 : les typhons (Christophe)

      (sur le mode ironique) Un typhon… On est tous contents quand un typhon vient détruire juste des millions de nos maisons et affecte juste quelques millions de personnes aux Philippines... Car un typhon n’est pas du tout la tempête la plus destructrice en force et en étendue, qui provoque des vents violents qui arrachent les arbres de la terre et les toits de nos maisons !

     Pour créer un typhon, il faut accumuler de la chaleur (une large zone d’eau chaude), de l’humidité (air chaud et humide), et il faut qu’il y ait une absence de vent en altitude. Dès qu’on a ces trois conditions, on aura donc notre fameux typhon qui ne provoque AUCUN désastre.

     Au contraire ! Ces bons amis nous apportent le bénéfice des jours fériés. De plus, ils produisent des courants sur la route qui serviront de toboggans exceptionnels et qui permettront de diminuer des embouteillages (je crois).        Conclusion : venez surtout pendant la saison des typhons, de Juillet à Octobre ! Je vous jure, vous ne pleurerez pas du tout sous cette pluie diluvienne !

"Vivre sous les tropiques", chapitre 2 : les combats de coqs (Etienne)

   Les combats de coqs ne sont pas spécifiques aux Philippines et peuvent être trouvés dans des pays latins et asiatiques, mais ceci est néanmoins  un sport national ici ! Ils peuvent être à la fois intéressants et agaçants. Pour les touristes (si vous n’êtes pas en pleine ville), ils peuvent être très agaçants le matin puisqu’ils te réveillent alors que toi tu veux dormir au moins 3-4 heures de plus ; mais ils peuvent être très intéressants si vous avez eu assez de temps à dormir, mais surtout si vous êtes témoin !

  Avant que les batailles commencent, l’art de mettre des lames appelées « Tare »  sur les talons des coqs prend place. Ces lames doivent être mises au bon angle et à bonne hauteur pour convenir au style de combat du coq, dans le but d’infliger le plus de dégâts possibles. 

  Maintenant que les "Tare" sont en place, nous passons à la session de paris. Vous avez deux choix : voter pour le « llamado » (le favori) et le « dejado » (le challenger). Le système est basé avec des gestes de mains : quand vous pointez un doigt vers le haut, vous pariez un nombre dans les dizaines ; si vous le pointez horizontalement, vous pariez un nombre dans les centaines ; et un nombre dans les mille si vous pointez votre doigt vers le bas.

   Le combat s’arrête temporairement quand les deux coqs sont trop blessés et épuisés. On n’est pas loin du KO. Ils s’allongent face à face l’un de l’autre, cherchant à se reposer.

  L’arbitre intervient dans ce cas. Il prend un coq dans chaque main, les soulève et les remet face-à-face. S’ils réagissent tous les deux en étirant leur cou et en cherchant à donner un coup de bec à leur opposant, l’arbitre les repose. Le combat peut reprendre. Si l’un des coqs ne réagit pas, l’arbitre répète deux fois le face-à-face. Si le coq ne réagit plus ou est mort, son adversaire est déclaré vainqueur... 

"Vivre sous les tropiques", chapitre 3 : la folie des "malls" (Rish)

   Aux Philippines les centres commerciaux sont très fréquents. On en retrouve dans presque chaque quartier. Le plus répandu est notamment "SM". "SM appartient à Henry Sy, l'un des hommes les plus riches d'Asie et du monde. "SM" signifie "Shoe Mart", qui était le nom de sa première entreprise. Il vendait et réparait les chaussures.

  Il y en a plus de 20 SM à Manille... et une centaine aux Philippines ! Le "SM" le plus grand est celui de MOA ("Mall Of Asia"). C'est le plus grand mall en Asie du Sud-Est et le troisième plus grand au monde !!!

  Dans les malls, nous retrouvons beaucoup de marques et boutiques, rangées selon des sections différentes. Par exemple, dans la section des cosmétiques, nous avons toutes les marques et boutiques comme "Chanel", "Dior", "L’Oréal"... Dans la section des bijoux, nous possédons "Cartier", "Pandora" ou "Bvlgari". Une sortie qui vous intéressera beaucoup si vous venez nous rendre visite à Manille !!!

"Vivre sous les tropiques", chapitre 4 : la "street food" (Georgios)

        La “streetfood” philippine est une spécialité recherchée partout dans le monde! Seuls les vrais gourmands peuvent en apprécier la saveur… particulière. La "streetfood" est tellement variée  que chaque région en a une !            Le plus tristement célèbre est le "balut". Pourtant, le bahut a un goût unique ! Le problème, ce sont les composants… car le bahut est fait d’un embryon de coq ou de canard. C’est ensuite bouilli et l’embryon doit être mangé. C’est meilleur quand il est chaud!

             Ensuite , mon plat de "streetfood" préféré est le "taho". C’est une boisson qui s’avale : elle est composée de tofu, de sirop fait de sucre roux et de billes de tapioca. C’est servi chaud et souvent le livreur passe le matin entre 5h et 9h.

             J’espère que ceci vous rendra curieux ! Quand vous nous rendrez visite, n'ayez pas peur de goûter tous les types de nourriture aux Philippines ! Et bon appétit !

"Vivre sous les tropiques", chapitre 5 : l'humour philippin (Luke)

   L’humour philippin, eeeeeeeh, c’est un peu exceptionnel, c’est un peu… Comment expliquer… Fin… Ang sakit hawakan ang mahabang baba. –Bakit ? – Susundutin ang kamay mo eh. HAHAHA LUL (Ça fait mal de toucher au menton long. –Pourquoi? –Car ça pénètrera ta main. –HAHAHA MDR).

Oui…c’est ça l’humour philippin… C’est tellement nul (même nous on l’admet), mais c’est tellement marrant et légendaire qu’on ne le trouve nulle part ailleurs :

  Ex : *homme se bat contre un fantôme* «Gang ka lang! fashion designer ako !» (Reste là ! Je suis un styliste !)

  Aux Philippines, les Philipins aiment faire du «pag tripan», ils taquinent les gens SANS ARRÊT. Mais nous sommes d’habitude des personnes très timides, sages et silencieuses au premier abord, mais c’est quand on devient plus ou moins à l’aise avec la personne qu’on a rencontrée que nous commencons à être «pénibles» (au bon sens) avec nos blagues et nos moqueries innocentes.

  Voici enfin ma blague préférée : « Pourquoi le sac est-il plus rapide que vous ?! Parce qu’il est dans une voiture !! HAHAHAHAHAHAHAHAHA LULZ» 

"Vivre sous les tropiques", chapitre 6 : les "people" des Philippines (Nicola)

"Vivre sous les tropiques", chapitre 7 : les embouteillages (Ian)

  Pour les Parisiens qui n’arrêtent pas de se plaindre des embouteillages, faites un tour à Manille et vous comprendrez la souffrance des élèves du LFM ! 

  Selon la BBC et l’application Waze (qui est quand même l’application de navigation la plus connue et la plus téléchargée au monde) les Philippines, et en particulier la capitale, Manille, a été citée comme la ville avec le plus d’embouteillages au monde. Si je me sens concerné, c’est parce que je le vis depuis 8 ans. Donc je vous parle de mes expériences et connaissances personnelles !

   Petit exemple : à Paris, vous vous plaignez d’attendre 20 minutes sur le périph’. A Manille, on attend 2 heures et demi dans le bus de l’école pour faire 7 kilomètres afin de rentrer chez nous. Pour ceux qui travaillent, il suffit de dire que vous passerez autant de temps en trafic qu’au bureau.

  Bien sûr, en France il  y a des fois où les bus ne sont pas disponibles. Pourtant, quand le tricycle est la seule solution (et qu’en plus il y a le chauffeur de jeepney qui rouspète à côté parce qu’il s'arrête toutes les 2 minutes pour récupérer des passagers), on commence vite à s’énerver ! En plus, la route aux Philippines ce n’est pas du goudron, c'est de la terre avec des trous, et quand tu prends un transport on dirait qu'il y a un tremblement de terre !!!                                                                                                      

 

"Vivre sous les tropiques", chapitre 5 : montagnes et plages de rêve

PROMO' 2014-2015 : leurs articles

"Vivre sous les tropiques", chapitre 1 : les destinations branchées à Manille (Estelle)

En tant qu'experte des soirées aux Philippines, je vous conseille d'aller à "Fort" (Fort Bonifacio), un lieu où tous les clubs branchés sont installés. Si vous aimez le "dupstep" et la techno, les meilleures boîtes sont "Hyve" et "Privé". Mais si vous êtes dans de l'électro posé, il vaut mieux aller à "Blackmarket" et "71 Gramercy".

Pour entrer dans ces clubs, il faut payer ou alors avoir des contacts qui vous mettent sur la liste, comme ça l'entrée est gratuite. Si un jour vous venez aux Philippines, demandez-moi pour être sur les listes car je connais beaucoup de gens qui travaillent dans ces clubs !

Mon classement pour ces boîtes : 1/ Hyve

                                                                     2/ Blackmarket

                                                                     3/ Privé

                                                                     4/ 71 Gramercy                                                                                                                             

"Vivre sous les tropiques", chapitre 2 : cuisine et saveurs philippines (Andrej)

Une question qu'on se pose souvent ici, c'est celle de manger où. Dans n'importe quelle situation, en restant chez nous ou en sortant au restaurant, il y a un nombre immense de choix. En sortie, de multiples malls comme "Greenblet", "Glorietta" et "Mall of Asia" ont beaucoup de restaurants dans tous les domaines gastronomiques. Nous pouvons trouver de la nourriture de presque tous les continents. C'est vrai que beaucoup des meilleurs restaurants ici sont plutôt asiatiques avec des cuisiniers du Japon, de la Corée, de la Thaïlande et du Vietnam.

Il est toujours possible de rester chez soi et commander, ici aux Philippines ce n'est pas très cher et c'est très pratique pour éviter les embouteillages horribles !!!